Dans l’univers du vernis à ongles, et notamment dans celui, plus restreint, des vernis indies (marques indépendantes), une marque fait de plus en plus parler d’elle : Il Était Un Vernis (IEUV). Cette marque a été créée par deux blogueuses françaises : Bérangère, de Vernis en Folie, et Stéphanie, de De Tout Et de Rien, Surtout de Tout, il y a un peu plus d’un an. Les deux jeunes femmes ont depuis lancé 6 collections, dont 1 de basiques, et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. J’en possède personnellement trois complètes, la première, Once Upon A Time, la seconde, Licence To Polish, et la toute dernière, qui est vraiment magnifique et que je vous conseille fortement, Grands Crus. Chacune de ses laques est particulière et très travaillée, et possède un p’tit truc en plus, qui fait pétiller la rétine et les ongles des NPA du monde entier.

Elles ont acceptées toutes les deux de répondre à quelques unes de mes questions, afin de vous permettre de mieux découvrir les coulisses et l’âme de IEUV.

Il était Un Vernis logo

 

-Qui êtes vous toutes les deux, et d’où venez vous exactement? 

Bé : Je m’appelle Bérangère mais sur mon blog et dans la vie de tous les jours, on s’arrête souvent à la première syllabe de mon prénom, Bé donc. Je suis originaire de Poitiers dans l’ouest de la France mais je suis Bourguignonne de coeur depuis (presque) toujours. J’ai 30 ans et quelques années, je suis mariée, j’ai trois enfants, un chat et un amour inconditionnel pour les couleurs !

Stéphanie : Je suis Stéphanie, pimpante (presque) trentenaire, bordelaise depuis peu. J’ai vécu 10 ans à Paris après avoir grandi dans un petit coin paumé de Seine et Marne !

 

-Est ce que IEUV est devenu votre activité professionnelle principale, ou est ce en complément d’une autre activité professionnelle? Si c’est un complément, quelle est votre activité professionnelle principale? 

Stéphanie : Pas du tout ! Je suis photographe de formation, et je travaille dans une boutique photo à Bordeaux. Je passe donc mes journées à conseiller des clients et vendre du matériel photo. Et c’est après le travail, le soir ou le week-end, que IEUV prend le relais dans mon esprit !

Bé : Je suis à mon compte depuis 10 ans bientôt, j’ai toujours aimé avoir de l’autonomie dans mon travail. Je suis une touche à tout et même si je suis très attachée à mon métier de départ (la communication), je jongle maintenant entre ce dernier et IEUV qui a pris une grande importance dans ma vie professionnelle depuis bientôt 2 ans.

 

 -Comment, et quand, êtes vous tombées dans la marmite du vernis à ongles?

Bé : Depuis toute petite je crois. Un des plus grosses bêtises dont je me souvienne est d’avoir renversé les vernis à ongles de ma mère dans la baignoire. Des Clarins pour la plupart en plus, peut-être le 230 ?! Arggggh !!! Après je les ai admirés de loin pendant quelques années parce que je me rongeais les ongles. Après la naissance de ma première fille, j’ai décidé d’arrêter et je me suis rendue compte que c’est en vernissant mes ongles que j’étais le moins tentée de les ronger. Avant d’être collectionneuse, j’en avais quand même une bonne vingtaine dans les tiroirs de ma salle de bains… Et puis les sites américains sont passés par là, puis l’ouverture du blog et je n’ose plus compter combien j’ai de vernis désormais !

Stéphanie : Depuis gamine je me rongeais les ongles et toutes les tentatives de ma mère pour me faire arrêter ont été vaines. Le premier vernis posé sur mes ongles a dû être un vernis amer ! Et un jour, à l’approche de mes 25 ans, un déclic. J’avais besoin de m’occuper les mains et l’esprit, et j’ai acheté un vernis sur un coup de tête. Je l’ai posé et j’ai trouvé ça tellement moche sur mes tout petits ongles que j’ai décidé de les laisser pousser ! Quelques semaines plus tard, je tombais sur un blog de nail art, puis un autre, et encore un autre… L’addiction est née, j’ai créé mon blog, et mes tiroirs ont commencé à se remplir de jolis flacons !

 

il était un vernis no comment

 

-Qu’est ce qui vous a poussé à créer votre propre ligne de vernis à ongles?

Stéphanie : Il faut savoir que nous passons nos journées entières à papoter, WhatsApp est notre meilleur ami ! Un jour, au détour d’une conversation avec des copines, l’idée a germé. Nous en avons reparlé quelques jours plus tard et l’idée était lancée !

Bé : Une idée un peu folle en fait… « Et pourquoi pas nous ? » J’avais un contact dans le milieu, un industriel, qui nous a donné quelques éléments de réflexion et des contacts en France et à l’étranger. Mais surtout il nous a dit « Si vous avez la passion, lancez-vous ! » Et c’est ce qu’on a fait…

 

-Qu’avez vous ressenti quand vous avez créé votre premier vernis à ongles/ votre première collection?

Bé : Lorsqu’on a envoyé le projet de la première collection à notre fabricant, beaucoup d’excitation. Et puis on a reçu les premiers échantillons et… Déception ! On espérait que nos rêves sur papier se retrouveraient dans le flacon en un clin d’oeil et finalement, ça a nécessité beaucoup de travail pour se faire comprendre et entendre. Quand on a reçu notre palette Once Upon a Time, en plus du bonheur de voir notre rêve aboutir, on a surtout ressenti le début de l’aventure. Ce n’était plus juste Stéphanie et moi, on s’apprêtait à partager notre « bébé » avec les nailistas de France et d’ailleurs, et ça fait peur. C’est de la bonne « trouille » mais il a fallu faire face aux bonnes comme aux mauvaises critiques et accepter que tout le monde ne serait pas à nos côtés…

Stéphanie : Une sensation indescriptible ! Je crois que mon coeur a fait des bons dans ma poitrine ! Les quelques mois qui ont précédé la sortie de Once Upon a Time ont été forts en émotions pour nous. Entre les découvertes administratives assommantes et le bonheur de travailler sur nos premières idées, la déception des premiers échantillons, et le moment où l’on a pu poser nos vernis pour la première fois… C’est assez fou à vivre ! Mais je crois que, si j’oublie la folie de la première soirée de pré-commandes qui nous a laissée dans un état de stress de folie, le meilleur moment a été la découverte des photos de nos clientes portant nos vernis. Les premiers articles de blogs que j’ai lu en retenant mon souffle. C’est que du bonheur !

 

-Est ce que votre marque a une spécificité?

Stéphanie : Nous avons voulu notre marque respectueuses des valeurs qui sont les nôtres.  La composition est très importante pour nous, nos vernis sont donc 5-free et vegan, et bien sur non testés sur les animaux. Esthétiquement, on essaie de trouver pour chaque vernis, chaque collection le petit truc en plus qui créé la surprise. Un petit shift, une texture holo qui claque au soleil, des flakies là où on ne les attendait pas, ou une teinte vibrante.

Bé : Ca serait sans doute à nos clientes de répondre à cette question. Déjà on aime que le fini de nos vernis soit travaillé. Ils sont holographiques mais pas seulement, ils ont aussi (au moins) un truc en plus quand ils ne sont pas au soleil. Parce que malheureusement, on ne passe pas notre vie sous le spot de notre lampe de bureau ! On aime aussi que les vernis d’une même collection vivent bien ensemble, qu’ils puissent s’associer pour celles qui raffolent du nail art. On a toujours en tête l’harmonie des couleurs et l’équilibre des textures.

Collection Grands Crus IEUV

 

-Avez vous un rythme spécifique de lancement des nouvelles collections? 

Bé : Hormis Once Upon a Time qui est sortie avec un mois de retard, nous sortons une collection de 5 vernis par saison : l’automne le 1er septembre, l’hiver le 1er décembre, le printemps le 1er mars et l’été le 1er juin. On essaye de respecter une certaine saisonnalité aux teintes que nous créons pour s’accorder au mieux aux désirs de nos clientes…

 

-Où trouvez vous l’inspiration pour créer vos vernis? Choisissez vous le thème chacune à tour de rôle, ou est ce que vous vous mettez d’accord toutes les deux? 

Stéphanie : Autour de nous ! L’inspiration est partout, dans la mode, la déco, ce que l’on voit, ce que l’on vit, ce que l’on lit ! Les choses se font assez naturellement en fait, nous partageons nos idées de teintes, nos envies de textures, et nous mélangeons tout ça pour en faire des collections cohérentes !

Bé : Ca dépend, pour Grands Crus par exemple, nous savions depuis l’automne dernier que nous voulions créer une collection sur le thème des cépages de nos régions. Elle s’est presque créée toute seule, on avait les couleurs et les finis en tête, l’idée des noms… Pour les autres, on lance souvent un « Tu imagines quoi pour la prochaine collection ? » et on voit où ça nous mène. On a également un tableau Pinterest privé sur lequel on vient régulièrement ajouter des images qui nous inspire (mode, déco, make up, nature). Des fois on part d’un thème (c’était le cas pour Végétal) et on cherche les couleurs qui collent avec ce qu’on a en tête et des fois, c’est l’inverse. Des couleurs s’imposent à nous et on cherche comment on va réussir à les faire se rejoindre au sein d’une même collection, ce qui les lie et ce qui fait que finalement elles sont parfaites les unes avec les autres.

 

-Si vous deviez choisir un seul vernis à ongles de votre marque qui la représenterait, lequel serait il?

Bé : Pfiou, c’est dur ! Cabernet Sauvignon je dirais parce que c’est le vernis qui correspond à 200% à ce qu’on avait en tête quand on était en phase de création de la collection Grands Crus. Et il semble remporter l’unanimité auprès des filles aussi, il s’arrache comme des petits pains !

Stéphanie : Alalalala c’est si difficile de n’en choisir qu’un seul ! Je crois que je vais choisir La Paulée, mais j’aimerais en citer au moins 4 ou 5 autres ! Celui-ci représente bien l’essence de notre marque je trouve. Une texture riche et travaillée, une teinte un peu folle qu’on ne trouve nulle part ailleurs, et un vernis qu’on a pas envie de quitter, et qu’on passe notre temps à regarder.

 Drop Dead Gorgeous

 

-Comment avez vous choisi le nom de votre marque?

Stéphanie : La recherche du nom a été compliquée et pleine de questions existentielles ! En français ? En anglais ? Un seul mot ? Plusieurs ? Et le logo alors ? Mais Il Etait Un Vernis est devenu une évidence dès que l’idée nous est venue ! Bé a ensuite travaillé d’arrache-pied pour nous concocter un logo, et la marque était née !

Bé : On avait d’abord choisi un nom en anglais mais il était déposé. Finalement nous sommes revenues à notre idée de départ : choisir un nom français pour marquer notre différence. Nous sommes une marque frenchie, il faut que notre nom rappelle cela. Il était un vernis parce que « Il était une fois… » le début de notre aventure, l’envie de créer des vernis uniques, le partage de toute cette magie avec notre communauté !

 

-Est ce que vous avez une anecdote à partager avec nous sur l’histoire de votre marque?

Bé : Les trois étoiles sur les « i » de IEUV sont un petit clin d’oeil à mes enfants.

Stéphanie : Pour la petite histoire, les symboles les plus forts sont souvent les mieux cachés… Si l’on trouve trois petites étoiles dans le logo de la marque, c’est que Bé a voulu ainsi symboliser ses trois enfants, faisant de IEUV son quatrième bébé en quelque sorte… Et mon tout premier !

 

Vous étiez déjà blogueuses avant de lancer votre ligne de vernis à ongles. J’ai remarqué un ralentissement de vos publications à toutes les deux depuis l’arrivée d’IEUV dans nos helmers. Est ce une volonté de ralentir un peu, afin de privilégier IEUV, ou simplement un manque de temps?

Stéphanie : C’est un simple manque de temps. Concilier un travail à plein temps et le blog nécessitait déjà une bonne organisation. Mais ajouter à cela IEUV a rendu ça impossible ! J’ai une tonne de photos pourtant, mais le temps me manque pour les trier, les retoucher un peu et écrire un article…  Et au niveau pratique, il faut aussi dire que nous commençons à poser et tester les vernis d’une collection environ deux mois avant leur sortie. Du coup, sur mes ongles il y a souvent un vernis que je ne peux pas encore montrer !

Bé : Pour ma part le ralentissement coïncide d’avantage avec l’arrivée de ma petite fille. Mais il est vrai qu’IEUV me prend beaucoup de temps. Il ne passe pas une journée sans que nous échangions des messages avec Stéphanie au sujet d’IEUV, on discute de tout ensemble et elle participe activement à la partie créative du lancement d’une collection (choix des couleurs, préparation des visuels pour le site et la boutique…) mais c’est moi qui assure la gestion quotidienne du reste : animation des réseaux sociaux, préparation et expédition des commandes, relations avec notre fabricants et nos distributeurs, comptabilité… Sans compter que nous sommes en décalage permanent avec nos clientes. Quand vous découvrez Grands Crus, nous portons sur nos doigts les échantillons de la collection de cet hiver. Difficile de swatcher ou de nail-arter des vernis qui doivent rester dans l’ombre pendant plusieurs semaines encore. Et puis il faut aussi avouer que mes achats vernis ont beaucoup réduit. Je suis restée fidèle à mes marques préférées mais j’ai arrêté de me jeter sur toutes les nouveautés comme je le faisais avant !

 Twin Nails Sistafaraie Wings Nail Art

– Que vous inspire le succès (fulgurant) de votre marque indépendante? 

Bé : Fulgurant ? Je dirais plutôt qu’on commence à faire notre trou tout doucement. Il y a beaucoup de marques indépendantes, beaucoup de créatrices de talent. On pense qu’il y a de la place pour tout le monde et on cherche surtout à continuer de proposer des couleurs, des finis et des textures qui plaisent aux nailistas du monde entier sans se mettre la pression mais plutôt en mettant l’accent sur le respect des valeurs qui nous sont chères.

Stéphanie : C’est assez fou, il y a un an nous n’aurions pas osé imaginer ça, même si on ne dirait pas « fulgurant ». On a lancé la première collection en souhaitant avant tout se faire plaisir, et en espérant pouvoir peut être avoir la chance de continuer l’aventure! On s’est lancées à corps perdu dans la deuxième, puis la troisième, puis… On ne s’arrête plus, et voir nos flacons partir au bout du monde nous remplie de joie. Et nous sommes avant tout des blogueuses en effet, qui admirons d’autres blogueuses. Voir qu’elles portent et présentent les vernis que nous avons imaginé a tendance à me rendre « un peu » hystérique parfois !

 

-IEUV est une marque indie française. Contrairement à une bonne majorité des marques indies toutes nationalités confondues, vous avez choisies, comme d’autres, de ne pas créer vous même vos vernis, mais de passer par une entité de fabrication externe, en Australie. Pourquoi avoir fait ce choix de ne pas « tambouiller » toutes les deux, et de confier la réalisation de vos teintes à quelqu’un d’autre?

Bé : On a pris cette décision parce que c’est la seule qui s’imposait tout simplement. Nous ne sommes ni l’une ni l’autre chimiste de formation et la réglementation est draconienne en France : on ne peut pas légalement mettre sur le marché des vernis à ongles « tambouillés ». La seule façon d’assurer la sécurité de nos clientes dans le respect de la législation en vigueur est de confier la fabrication de nos vernis à ongles à des professionnels. C’est la garantie de pouvoir tracer l’origine des matières premières, d’attester des bonnes pratiques de fabrication ou encore de vérifier la qualité du produit fini. Et puis nos vernis sont assemblés à la main, pas par nous certes, mais ça reste une production « artisanale » en quelque sorte.

 

-Dernière petite question! Je dis souvent que les vernis IEUV sont, pour moi, un mélange de A England et de Picture Polish. Est ce que ces deux marques ont été des inspirations pour vous quand vous avez décidé de créer la marque?

Stéphanie : Ce sont deux bonnes références, forcément ! Mais plus que par ces deux marques, nous avons été inspirés par les vernis que nous aimons, toutes marques confondues. Mais si l’envie de créer notre marque a pointé le bout de son nez, c’est aussi (et surtout !), parce que nous ne trouvions pas les vernis qui nous faisaient rêver, même parmi ces belles marques qui remplissent nos vernithèques !

Bé : Etant la maman de Hope, je suis toujours les aventures de Picture Polish même si mon regard est plus distant maintenant, la marque manque de la proximité de ses débuts à mon sens. J’ai été une des premières en France à parler des vernis A England sur mon blog, j’ai énormément d’admiration pour Adina et son travail. C’est un sacré bout de femme ! ILNP fait aussi partie de ces marques emblématiques pour moi parce que derrière ces marques se cachent des femmes exceptionnelles. Ce sont surtout leurs casquettes de « chef d’entreprise » qui m’inspirent : leur façon de travailler, leur capacité à rebondir face aux difficultés, leur relation avec leur communauté, leur humilité aussi. C’est ça qui fait une grande marque au delà des vernis qu’elle fabrique…

 

Voilà! J’espère que vous avez appris plein de choses et que cette petite interview vous a donné envie de tester cette marque si vous ne la connaissiez pas. Une marque créée par des passionnées, pour des passionnées, que demander de plus?

Petite info supplémentaire : je vous l’ai dit, Il Était Un Vernis a soufflé sa première bougie il y a quelques temps. A cette occasion, la marque organise un concours sur Instagram, n’hésitez pas à participer, et Joyeux Anniversaire à IEUV!

Just a quick reminder concerning our giveaway 😊 Want to celebrate the first Il était un vernis’ anniversary and try to win two €100 vouchers valid on the shop? Here are the conditions. To participate, you must: – Follow our IG account @iletaitunvernis – Take a picture with GLITTER. It can be a nail-art, a decorative element, some clothing, whatever you want as long as it shines! ✨ The photo will be taken by yourself (please no Google Images or old photos already posted on your account), make some glitters spark and take a nice shot 😉 – Post your picture on your account stating « I’m attending the first @iletaitunvernis anniversary’s contest to win a €100 voucher. I invite my friend *IG account* to play with me! #IEUVanniversaire ». Remember to include our account @iletaitunvernis and the hashtag #IEUVanniversaire. Please, do NOT tag us. – To confirm your participation, your friend will subscribe to our account (if it’s not already done) and then repost your photo stating « I’m playing with *IG account* for the #IEUVanniversaire contest to win a €100 voucher on the @iletaitunvernis eshop. » If she wants to, she can take a new picture of her own and invite a friend of her. – The contest is open internationally until October 20 11:59 p.m.. – The private accounts will have to go public October 21 so we can choose our favorite picture. The winner will win a €100 voucher on our shop and will make win a second voucher of the same amount to her friend. Good luck! #iletaitunvernis #ieuv #concours #giveaway #ieuvanniversaire

Une photo publiée par Il était un vernis (@iletaitunvernis) le


Pour retrouver IEUV : 

logo-facebook logo-tweet logo-inst logo-pint

 

Articles similaires

4 Réponses

  1. Isabelle Prévost

    quelle interview instructive !!! et les questions sont tellement bien ciblées 🙂 j avoue cela ne fait que renforcer mon addiction à la marque et à mes blopines !!

  2. Nina NPA

    Super Interview =) j’ai adore la lire ^^. Je ne sais pas pourquoi mais avant meme de vois la collection de cet hiver je la veux ^^. Si les teintes me plaisent je pense que je ferais mon premier craquqge sur le site pour cette collection =). J’ai un seul vernis de la marque que j’ai rachete a une NPA sur Instagram et je l’aime beaucoup donc je suis tres enthousiaste a l’idee d’en avoir d’autres =).
    Des Bisous

    • Virginie Wicke

      Moi aussi j’ai déjà envie de l’acheter. Malheureusement, va falloir que je refreine mes ardeurs, la collection HIver sortira en Décembre, et en décembre, c’est le mois des enfants ^^ je l’acheterai sans doute plus tard 🙂