Bonsoir!

Ce soir, j’ai le plaisir de vous présenter la nouvelle collection A England : Rossetti’s Goddess. Cette nouvelle collection a été inspirée d’un tableau de Dante Gabriel Rossetti, Proserpine.

Dante_Gabriel_Rossetti_-_Proserpine_-_Google_Art_Project

 

Proserpine est un personnage de la mythologie romaine. D’après la légende, elle a épousé Pluton, et passe six mois aux Enfers (automne et hiver), et six mois sur Terre (printemps et été), pour rejoindre sa famille, puisqu’elle a mangé six graines de grenade, alors que ça lui avait été interdit.

 

Captive Goddess, en français la déesse captive, est un vernis à ongles holographique linéaire, bleu glacier, aux reflets changeants, légers, complexes. Tour à tour, gris, bleu, mauve, sa teinte fraiche, légère et estivale est un réel régal pour les yeux, et vous assure d’avoir des ongles qu’on ne croise pas à tout les coins de rue! Le glossaire de la collection n’a pas encore été rédigé par Eugénia, ou du moins il n’est pas encore en ligne, et je n’ai pas pris le temps de poser la question à Adina, mais j’aime à penser que cette teinte représente le regard de Proserpine pendant ses mois de captivité. Un gris (presque) basique à l’ombre, qui se transforme et se dévoile sous la lumière du soleil.

 

Pour vous rendre mieux compte, j’ai fait une vidéo rapide, publiée sur mon compte Instagram

 

Ce tableau dont je vous ai mis la reproduction plus haut, Rossetti l’a peint en prenant pour modèle une des deux muses qu’il avait engagé : Jane Burden, qui épousera William Morris (un écrivain, entre autre, qui plus est un des pères de la Fantasy, et un ami proche de Edward Burne-Jones, dont un des tableaux a inspiré une autre collection A England). Vous l’aurez compris, c’est de Jane Morris dont nous allons maintenant parler! A priori, cette coquine aurait été la maitresse de Rossetti, et la peinture fait donc un parallèle entre la vie sentimentale de la déesse romaine, amoureuse du dieu Adonis, mais marié à Pluton, et la vie de Jane Morris, maitresse de Rossetti, mais mariée à Morris.  

Toujours est il que l’interprétation d’Adina est superbe. Nous avons encore ici un vernis holographique, gris, changeant, avec des shimmers violets et bleus, qui donnent une dimension profonde et nous font plonger dans un tourbillon de lumière.  

  Ici aussi j’avais pris une petite vidéo Instagram  

Des reflets incroyables sur ce vernis, qui lui aussi, comme Captive Goddess, parait basique à l’ombre, gris, un joli gris, mais sans trop d’extraodinaire dans la teinte, mais qui, une fois caressée par un rayon astral, révèle la magie A England si particulière à la marque!

 

Passons maintenant à Incense Burner. Pour la teinte, je pense qu’Adina s’est inspirée du bruleur d’encens qui figure sur le tableau, en bas à gauche, et qui symbolise l’immortalité du personnage. 

Ce vernis à ongle est le vilain petit canard de la collection. Je vous en parle souvent de ce vilain petit canard des collections A England. D’après moi, il y a systématiquement, dans chacune des collections, un vernis, et un seul, qui dénote et parait incohérent en terme de couleur ou de texture par rapport au reste de la collection. Souvent, et là encore, c’est un ressenti personnel, ces vernis ont un caractère propre, intense, et sont souvent très complexes. Incense Burner est de ceux là. La couleur est indéfinissable, d’ailleurs elle est définie sur le site de A England par ces mots :

Velouté de prune noire mystérieuse et hypnotique à la diversité chromatique aux reflets de brun, vert, mauve d’un récipient en bronze antique.

 

Last but not least, et pour ma part, il s’agit de mon préféré : Proserpine.

En voyant le tableau, j’ai de suite compris qu’Adina s’était inspiré de la couleur de la robe que porte la déesse sur le tableau. Elle symbolise la rotation des marées, l’eau…

En voyant le flacon et les premiers swatches, je m’étais dit qu’il ressemblait fort à St George. Encore une fois, comme chaque fois que je me dis qu’un A England ressemble à un autre, j’avais tort. La texture est semblable, et Proserpine est sans aucun doute la digne descendante de St George , sans vouloir offenser les historiens qui passeraient par là (on ne sait jamais!) mais la teinte est vraiment différente. Proserpine est au bleu ce que St George est au vert.

 

 

 

Je suis désolée pour la longueur de l’article, mais vous savez à quel point cette marque me passionne! 🙂 (Et encore, je ne vous ai pas parlé du sonnet qui figure sur le tableau, en haut à droite, écrit par Rossetti, et que je trouve fabuleux! )

Pour éviter une longueur visuelle trop lourde, j’ai posté les photographies de chaque vernis à ongles sous forme de galeries. Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir. J’ai pris certaines photos avec flash pour vous montrer les reflets incroyables que recèlent ces petits bijoux.

Avez vous déjà craqué sur cette collection? Lequel avez vous pris? Et votre préféré, quel est il?


Shopping :

 Vernis à ongles : 

Collection Rossetti’s Goddess* : Captive Godess, Jane Morris, Incense Burner, et Proserpine, 9€ les 13mL chacun, disponibles chez Parlons Vernis & Co, 12 rue de la Barre 59000 Lille (France) , et sur son e-shop (Pour l’international, consulter cette page : Where to Buy)

*Collection envoyée par la marque pour revue honnête. Pour plus de détails, lire la page Ethique du Blog

Bijoux : 

Bague chat : 27$, en promotion actuellement à 17$ chez Zoovae

Articles similaires

3 Réponses

  1. Axelle Duda-Gérard

    Cette collection est magnifique. Je crois que c’est la 1ère fois que je craque sur la totalité :-). Incense Burner m’a fait hésiter un moment mais quand j’ai vu les swatches, mes réticences ont fondu comme encens dans un encensoir 😉

  2. Nelly Chanel

    J’avais Proserpine et ce teal ne me va pas du tout au teint donc je l’ai revendu… Je pense que je vais craquer sur les 3 autres prochainement !